Board
Emmanuelle Choin

J’ai passé mon enfance et mon adolescence au Maroc, le plus beau pays au monde…
J’aime dormir à la belle étoile, les voyages en bus, les randonnées à pied, en vélo ou en kayak. Cette liberté de circulation à mon rythme et la rencontre de l’autre différent j’aimerais pouvoir la partager avec mes voisins. Je suis engagée dans la coordination de programmes de coopération culturelle et l’accompagnement de jeunes opérateurs à prendre leur envol et leur autonomie.

Geneviève Houssay

Ma vie s’est construite avec des convictions qui se sont affirmées dans le temps. Dans mon parcours, j’ai vécu en collectif, ou pas, dans plusieurs endroits en France. J’ai été responsable de plusieurs lieux de Cinéma et accompagné un certain nombre de collectifs, associations, artistes etc.

Khadija El Bennaoui

C'est mon désir d'explorer le monde qui a motivé mon engagement dans les domaines artistiques et culturels. Plus j'évoluais dans mon travail, plus je comprenais que les arts et la culture étaient plus que des loisirs. Ils sont une invitation à la confrontation avec soi-même, à l'autocritique, mais plus encore, une invitation à accepter les opinions divergentes, les points de vue différents d'un monde à l'autre, avec tout ce qu'ils représentent culturellement, socialement et économiquement.

Dans mon temps libre, j'aime faire pousser des plantes, cueillir des épices ou faire de longues promenades dans la nature.

Mylène Gaillon

Je suis passionnée par l’art, la littérature et le cinéma. J'ai passé un an au Mexique ce qui a renforcé mon vif intérêt pour les voyages et la photographie (et aussi pour le mezcal). J’ai travaillé pour des institutions culturelles, notamment dans le montage d'expositions et la programmation cinéma avant de m’intéresser au spectacle vivant. Je ne suis pas qu’obsédée par le désir de voyager mais aussi par la culture du thé.

Samar Khedy

Je suis née au Liban et de par mon histoire, j’ai vécu dans différents endroits. Je parle plusieurs langues ne maîtrisant que ma langue maternelle, l’arabe. La question de la représentation (de l’Autre) et de la perception (de tous ce qui m’entoure) ont traversé mon parcours professionnel et personnel plus particulièrement ces dernières années. De fil en aiguille, je suis arrivée à un endroit où ça ne m’intéresse plus d’assister et de participer à l’« évènementiel » (spectacles grand public, vernissages, évènements mondaines…), ni d’être « à la marge» ni de sentir le besoin d’être une personne importante ou nécessaire à l’autre. J’aimerais bien construire ma vie dans la convergence de nos différences culturelles. Le but de tout ça est aussi de vivre la beauté de la nature dont on fait partie.

Friends

Abd Alssattar El-Herek, Aglaé & Sidonie, atelier de l'image, atelier juxtapoz, Caetano, Chantiers du Réel, Danielle Kattar, Editions Le port a jauni, Eric Demech, Georges Daaboul, Guillaume Parmentelas, IOT records, La Brasserie Communale, la maison du chant, le grisbi, Lyne Strouc, Maison RC, Mathieu Régent, Nadine Helwi, Natasha Marie Llorens, salon avant-après, Théâtre de l’œuvre, Théâtre la cité, Vidéodrome 2, Yara Ebrahim,

Supporters

Abdul Sattar Alherek, Alfons Alt, Anne Pons, Beatrice Lily Lorigan, Benoit Tabary, Carol Mansour, Catherine Vincent, Ex Nihilo, Ghaleb Kabbabe, Jean Pierre Maero, Jeanne et Moreau, Joseph Kai, Julien Valnet, Khaled Dawwa, Laurent Van Lancker, Lena Merhej, Lisa Mandel, LouBess - Bismark Osei, Lucie Bitunjac, Mathias Poisson, Mohamed Al Rashi, Myriam Boulos, No Border Kitchen, Pierre Monestier, Rassegna, Sibongile Mbambo, Sylvie Paz, Yasmina Er Rafass, Yugen Blakrok,

Patrons
LouBess, Sporting Club Corniche – Les Dauphins,
Notre Philosophie

Les mouvements migratoires ont toujours existé, tant pour les humains que pour les espèces naturelles, un phénomène que le contexte de mondialisation galopante n’a fait qu’accentuer. Aujourd’hui, ces mouvements – principalement Sud-Nord – figent une représentation du migrant de plus en plus négative.

Cette vision de l’Autre, nourrie par des discours politiques dans lesquels la rhétorique de la peur et de l’envahissement sont régulièrement mobilisées, alimente quotidiennement une représentation erronée.

Elle creuse le fossé entre les individus et les cultures en prônant une concurrence exacerbant des catégories supposées supérieures, inférieures, fortes ou faibles, etc. Nous préférerons donc au terme de « migrant » (pour éviter toute confusion même si nous croyons que ce terme est lié à la nature) celui de « visiteur » : en fin de compte, ne sommes pas, toutes et tous en visite sur cette terre ?

Pourquoi créer en urgence ?

Parce que celles et ceux qui ont vécu la perte et qui vivent l’absence cherchent à créer en expérimentant avec ce vécu. La permanence de leur expression artistique est un besoin vital.

Parce que le déplacement forcé, la précarité et l'isolement provisoire génèrent souvent une urgence d’expérimentation et de réinvention artistiques.

Parce qu’il est important de toujours donner sa place à la création dans notre vie et tout particulièrement dans les situations d’urgence.

Pourquoi favoriser la création en urgence ?

Parce que nous défendons les œuvres plurielles nourries des expériences individuelles et/ou collectives qui sont autant de voix d’une histoire commune en perpétuelle construction, déconstruction et reconstruction.

Parce que nous souhaitons multiplier les espaces de rencontre et d’échange afin de confronter les modes de pensée et les manières de vivre.

Parce que nous croyons à la solidarité des artistes entre eux.

Parce que nous croyons au partage, à la solidarité et au soutien des citoyens et de la société civile, sans barrière de nationalité, de territoire, de couleur, de classe sociale, de croyances et de tendances.

Parce que nous croyons que notre soutien, nos actes et nos paroles peuvent participer à la création de sociétés plurielles et ouvertes.

Parce que nous souhaitons apprendre à être à l’écoute.

Parce que nous croyons à l’esprit critique de l’être humain.

Parce que la réalisation d’une programmation audacieuse rassemblera et fera grandir une famille toujours plus nombreuse, plus diversifiée, plus généreuse, plus ouverte et plus connectée à l’Autre.

Parce que nous privilégions un rapport direct et ouvert pour favoriser l’écoute et la connaissance, pour construire et expérimenter de nouvelles pratiques de gestion, d’organisation et de soutien, nous restons pragmatiques et réactifs. L’association organise, à Marseille et en partenariat avec d’autres structures dans le monde, des rencontres, des projections, des expositions, des concerts, des ventes aux enchères ainsi que des collectes de fonds.